Is the war in Syria tantamount to Lebanon’s civil war?

A devastating phrase in an enlightening article in L’Orient-le Jour strikes me: “nous avons nous aussi préparé nos examens sous les obus, et pointé au travail après des nuits blanches dans les abris de fortune. Oui, nous avons essuyé quelques tirs de roquettes sur les campus des facs où logeaient aussi, parfois, des réfugiés. Mais non, nous n’avons jamais perdu 80 étudiants d’un coup. Des architectes. Des qui espéraient un jour participer à la reconstruction d’un pays dont on ne compte plus les ruines. Et non, il n’y a plus matière à comparaison depuis longtemps”.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s